Ponytail lift : quelles sont les 5 choses à savoir ?

ponytail lift kao lift

Dans le monde nuancé des liftings, l’éventail encyclopédique de mots à la mode utilisés tant par les chirurgiens que par les utilisateurs de médias sociaux peut non seulement submerger les patients potentiels, mais aussi compliquer l’ensemble de la procédure. Plan profond, SMAS, mini lift, full lift, lower facelift… la liste est longue. Et encore. L’un des derniers termes à avoir connu un regain de popularité est le ponytail lift.

5 choses que les chirurgiens plasticiens veulent que vous sachiez sur cette procédure à la mode.

La signification de ce nom enjoué est apparemment double : Premièrement, les effets du lifting sont censés imiter ceux de la fixation des cheveux dans une queue de cheval haute et serrée, tirant la peau du cuir chevelu et, par la suite, le front, les joues et les sourcils vers le haut afin de créer une apparence plus élevée et plus jeune. Deuxièmement, la procédure est conçue pour donner l’effet d’un lifting sans les cicatrices traditionnelles d’un lifting. Ainsi, comme les cicatrices (qui se trouveraient traditionnellement devant les oreilles) sont minimes, le patient peut théoriquement porter ses cheveux en queue de cheval haute sans craindre d’exposer des cicatrices évidentes.

Après avoir lu cela, vous vous dites probablement que l’objectif de tout lifting de qualité n’est pas de donner une apparence plus liftée sans cicatrice visible ? Vous n’avez pas tort : le ponytail lift ne réinvente pas la roue, que ce soit en termes de technique ou de résultats. Pourtant, Google est inondé de questions sur cette procédure. Nous avons demandé à des chirurgiens de clarifier ce à quoi se réfère exactement le ponytail lift, les manœuvres spécifiques qu’il peut ou non impliquer, et ce qu’ils veulent que chacun sache avant de plonger dans le terrier des chirurgies plastiques de renommée.

1. Le ponytail lift est un terme de marketing, pas un terme médical.

Contrairement au plan profond ou au SMAS, deux approches éprouvées, le Ponytail Facelift n’est pas une technique de manuel que les chirurgiens plasticiens apprennent en résidence. Il ne s’agit pas non plus d’une nouvelle technique de lifting ou d’une technique révolutionnaire. Depuis des décennies, les chirurgiens utilisent le terme « queue de cheval » pour décrire leurs liftings prétendument spécialisés et moins invasifs. Un chirurgien particulier possède actuellement la marque déposée pour le nom et l’a associé à son propre nom « Kao lit », mais cela n’a pas empêché d’innombrables autres personnes de l’adopter pour l’utiliser sur leurs sites Web et leurs comptes sociaux.

La procédure elle-même n’est pas une procédure standard traditionnelle, comme une augmentation mammaire ou une liposuccion, que tous les chirurgiens plasticiens connaissent. C’est un terme accrocheur qui a très probablement été inventé pour faciliter le marketing, comme le terme mommy makeover, qui fait référence à une combinaison non spécifique de chirurgies destinées à restaurer le corps post-bébé d’une femme. Cela ne signifie pas nécessairement que la procédure n’est pas fiable ou inefficace, mais cela signifie qu’il faut faire des recherches et choisir [un prestataire] avec soin.

Comme pour le mommy makeover, il n’y a pas de formule unique pour le ponytail lift. Si les subtilités de l’opération doivent dépendre entièrement des besoins et de l’anatomie du patient, l’objectif esthétique global reste relativement le même : élever le milieu du visage et les joues (et, par la suite, la ligne partielle de la mâchoire le long des bajoues extérieures), pour un look gominé rappelant Bella Hadid, sans aucune cicatrice visible.

2. Un ponytail lift n’a pas la même signification pour tous les chirurgiens.

Les termes utilisés pour décrire la chirurgie du lifting ne sont pas cohérents ou uniformes parmi les prestataires, car les termes marketing n’ont pas de signification technique universellement reconnue.

Ce qu’un chirurgien appelle un mini lifting, un autre peut le qualifier de lifting partiel ou inférieur, bien que le résultat escompté et les méthodes pour y parvenir puissent être similaires ou presque identiques. Bien qu’en matière de chirurgie esthétique, le terme identique ne s’applique jamais vraiment, car il ne devrait jamais y avoir d’approche unique.

En fin de compte, c’est le type de chirurgie que pratiquent les chirurgiens plasticiens qui fait la différence, et cela n’a rien à voir avec le nom qu’ils leurs donnent à la procédure. Chaque lifting pratiqué est personnalisé pour chaque patient qui va recevoir le lifting dont il a besoin, et certains ont besoin de plus de travail que d’autres. Donc si on va réaliser un lifting de haute qualité avec des incisions plus courtes et un temps de guérison plus rapide et que vous voulez appeler cela un mini lift, allez-y.

Cela dit, en général, lorsque vous rencontrez le terme Ponytail Facelift, il s’agit probablement d’un lifting endoscopique limité. Les éléments les plus courants d’un ponytail lift sont l’élévation du milieu du visage, des structures des joues et des bajoues à l’aide de petites incisions cachées dans le cuir chevelu. Souvent, un endoscope est utilisé et une suspension de suture pour obtenir les résultats » (bien que certains chirurgiens puissent se passer de caméra). Il convient également de mentionner que cette intervention n’aura pas d’effet sur le front, comme le ferait un lifting frontal.

3. Les liftings endoscopiques ont des limites.

Dans le cas d’un ponytail lift, la chirurgie endoscopique est généralement réalisée à l’aide de petits instruments, d’une minuscule caméra et de petites incisions pratiquées loin de la zone à lifter (généralement le long de la ligne des cheveux temporaux). Ces petites incisions permettent au chirurgien de soulever les tissus conjonctifs sous-jacents (techniquement appelés SMAS) mais pas la peau, qui devrait être découpée par une autre incision plus large. Comme toute intervention chirurgicale, cette technique présente des avantages et des inconvénients. Du côté positif, elle est moins invasive, les cicatrices sont donc minimes, et le temps d’arrêt et de récupération est également inférieur à celui d’un lifting traditionnel. Et, comme pour tout type de chirurgie du visage, les résultats sont durables.

Lorsque vous effectuez une procédure endoscopique, l’avantage est que l’incision est très éloignée de la zone à lifter, ce qui signifie que l’incision peut être dissimulée dans les cheveux du cuir chevelu. Mais l’inconvénient est double : D’une part, vous ne pouvez pas retirer l’excès de peau… et d’autre part, vous courez le risque de perdre des cheveux. En effet, l’incision se trouve généralement sur ou près du cuir chevelu et si elle guérit mal, elle pourrait endommager les follicules pileux environnants.

4. Le ponytail lift est plus approprié pour les patients plus jeunes.

Par rapport à un lifting classique du SMAS, à un lifting traditionnel du visage ou à un lifting profond, le ponytail lift ne permet pas une correction complète du cou et de la mâchoire affaissés. Et comme les vraies incisions endoscopiques ne permettent pas l’excision de la peau, le ponytail lift n’est vraiment efficace que pour les personnes présentant des signes précoces de vieillissement et qui n’ont pas une perte d’élasticité de la peau spectaculaire – en d’autres termes, une légère perte de volume et des joues tombantes, mais pas une peau relâchée et des bajoues tombantes ou un rajeunissement facial complet.

5. Vous devez choisir un chirurgien qualifié, et non une procédure à la mode.

Il faut retenir que c’est le chirurgien, et non le nom de la procédure esthétique, qui est important, car « donner la même étiquette à quelque chose ne signifie pas que le résultat est le même ».

Pour trouver le bon chirurgien esthétique, on vous conseille de demander des recommandations à des amis, à la famille et à d’autres médecins, puis de faire des recherches sur la personne comme si votre vie en dépendait. Vous voudrez voir d’excellents résultats de lifting sur des photos standardisées avant et après et avoir une conversation approfondie avec le chirurgien sur vos objectifs généraux. Plutôt que d’imposer une procédure toute faite à tous ceux qui viennent demander de petites cicatrices, le chirurgien que vous choisissez doit adapter votre chirurgie plastique du visage à vos besoins. Et il y a un terme pour cela : la légitimité.

L’important est de bien expliquer au chirurgien vos attentes, et il va réaliser les gestes opératoires adéquats selon votre morphologie et l’intensité du relâchement des tissus responsables de l’apparition des rides et l’affaissement de votre visage.